Contexte méditerranéen
“La multidimensionnalité de la question agricole et rurale en Méditerranée milite pour que soit enclenchée une mobilisation euroméditerranéenne sur ce sujet. Car l’agriculture se situe au cœur de l’identité méditerranéenne et s’affiche comme un déterminant essentiel pour les économies et les sociétés de la région…
La richesse des ressources naturelles et la diversité des paysages de la Méditerranée en font une écorégion exceptionnelle de ce monde. Pourtant, avec le développement humain et industriel, ce patrimoine environnemental s’érode peu à peu… L’impact du changement climatique, les menaces sur la biodiversité de la zone, l’érosion des sols ou les émissions polluantes provoquées par la consommation énergétique constituent des témoignages puissants de cette vulnérabilité croissante de l’espace méditerranéen…”¹

Contraintes spécifiques
En complément de son unité climatique, le bassin méditerranéen offre à la fois une exceptionnelle biodiversité d’écosystèmes, avec un remarquable endémisme des plantes, et des agrosystèmes très similaires, avec des systèmes intensifs (d’où une perte de la biodiversité) et des systèmes traditionnels (d’où une conservation de biodiversité). Mais cette diversité est en danger car le bassin méditerranéen est une des parties du monde les plus affectées par le changement climatique et les activités anthropiques. Pour cette raison, une attention toute spéciale doit être portée pour éviter de compromettre l’héritage de cet écosystème. D’une part, l’asymétrie des échanges, le devenir des relations à travers la mer Méditerranée amène les pays du Sud et de l’Est méditerranéen à accroître leur offre au détriment de leurs préoccupations environnementales. D’autre part, la pression écologique des pays du Nord amène une réflexion majeure du point de vue écologique sur l’intensification de l’agriculture. Ainsi, la nouvelle conquête des sols Nord méditerranéens nécessite de nouvelles stratégies intégrées dont les composantes proviennent souvent des pratiques empiriques dans des systèmes de cultures traditionnels originaires du secteur Sud méditerranéen.

Problématique
Ainsi, le développement de la recherche autour du bassin méditerranéen ne peut pas ignorer la complexité des processus impliqués dans les changements globaux, spécialement en relation avec les modifi cations climatiques et les activités anthropiques. Il ne peut pas se résumer uniquement à des approches agronomiques et doit envisager un cadre plus systémique² . Étant donné la diversité des écoanthroposystèmes méditerranéens et le nombre de facteurs et de processus qui affaiblissent cette diversité, les pays méditerranéens représentent un espace exceptionnel pour développer ces approches de recherche.

Objectifs
En poursuivant des objectifs de restauration d’agrosystèmes perturbés, il devient urgent de comprendre la contribution des organismes nuisibles dans toutes les fonctions de dégradation des agrosystèmes tout particulièrement dans un contexte de réduction programmée d’utilisation des produits phytopharmaceutiques. Pour apporter des réponses pertinentes aux questions portant sur le rôle des organismes nuisibles et des espèces envahissantes dans la dégradation de l’écoanthroposystème méditerranéen en raison des parasites, le 1er congrès ICPPMA sera composé des sessions suivantes :

  • Chaînes alimentaires dans les agrosystèmes méditerranéens.
  • Enquêtes épidémiologiques dans la protection des plantes en région méditerranéenne.
  • Rôle et fonctionnement des agences phytosanitaires dans le contexte de ravageurs émergents.
  • IPM : structures agro écologiques et “biocontrôle” dans les agrosystèmes méditerranéens.
  • NTIC dans la protection des plantes en région méditerranéenne.
  • Réglementations dans la protection des plantes en région méditerranéenne.

¹. Hervieu B. 2007 Cah. Agric. 16: 247-250
². www.millenniumassessment.org